Go to Top

Christelle loGreco

Biographie

Lorsqu’elle n’était encore qu’une petite fille, Christelle était déjà une grande rêveuse. Enfant unique, elle avait une profonde admiration pour l’esthétique et l’amour-passion représenté par le couple de ses parents. Elle les voyait en couleur.

Depuis très tôt dans sa vie, elle s’est définie comme contemplatrice plutôt qu’intervenante, une spectatrice, ce qui explique pourquoi elle commença à dessiner si jeune.

Son père l’a toujours encouragée à copier. Il copiait lui-même des personnages de bandes-dessinées en lui disant que “tout était bon à copier”. Cette phase était comparable à du dessin académique, en ce sens que même si elle ne faisait que copier, le faire en respectant les bonnes proportions était déjà un défi…

Christelle comprit rapidement que sa carrière serait dans la peinture, et elle soutenait avec conviction qu’elle serait peintre à qui voulait bien l’entendre. Durant son adolescence, elle entreprit donc la voie artistique au collège, où elle obtint sa Maturité Fédérale.

Elle commença ensuite a entrevoir un nouveau monde, étincelant de promesses de beauté, de l’attrait de la sensualité et de rêves au-delà de tout ce que son jeune esprit aurait pu imaginer jusque-là… Mais au fil du temps, elle découvrit qu’il était aussi semé de dangers inattendus, d’épreuves incomparables à ce qu’elle avait connu auparavant, de personnes aux intentions peu honorables et d’une phase de tourment émotionnel qui la distancerait de la peinture durant de longues années…

Après s’être remise de ses défis, il était temps qu’elle se réveille d’un profond manque d’art dans sa vie. Une de ses meilleures amies, en l’inscrivant à une exposition locale, l’a remise sur le chemin de la Couleur. Christelle s’est installé son nouvel atelier, obtenant de son mari qu’il sorte les voitures du garage pour y ranger ses pastels, huiles, toiles et pinceaux. Elle y passe désormais le plus clair de son temps, laissant sa porte ouverte afin d’apprécier la vie de son quartier, peindre en étant à la fois à l’abris et à l’extérieur, pour mieux communiquer avec les autres, pour mieux communiquer avec elle-même. Elle s’inspire dès lors de tout ce qui fait sa vie, plongeant dans les détails pour n’y puiser que leurs essences.